/Replanter des arbres pour transformer des zones désertifiées en terres agricoles

Replanter des arbres pour transformer des zones désertifiées en terres agricoles

Grâce à la technique agricole de la Régénération naturelle assistée (RNA), inventée dans les années 80 par l’agronome australien Tony Rinaudo, pas moins de 5 millions d’hectares ont été reverdis au Niger. Après l’avoir étendue à 27 pays d’Afrique et d’Asie, l’association World Vision veut la porter dans une centaine de pays.

Transformer les zones désertiques en terres agricoles fertiles, tel est le défi que relève Tony Rinaudo depuis 25 ans avec sa technique agricole de « Régénération naturelle assistée » (Farmer Managed Natural Regeneration). Surnommé « l’homme qui a arrêté le désert » ou encore le « faiseur de forêts », cet agronome australien, Prix Nobel Alternatif 2018, a démarré dans les années 80 au Niger, un des États les plus pauvres de la planète en bordure du Sahara. Depuis lors, la Régénération naturelle assistée (RNA) été mise en œuvre dans 24 pays d’Afrique et d’Asie avec le support de l’organisation non gouvernementale World Vision, représentée en France par Vision du monde.

Au Niger, la technique de Régénération Naturelle Assistée de Tony Rinaudo
a permis de reverdir 5 millions d’hectares.
©World Vision

Reboiser d’abord

Tony Rinaudo est parti d’un constat : contrairement aux idées reçues, les zones déforestées conservent la « forêt souterraine », à savoir un vaste réseau de souches d’arbres vivants qui ont la capacité de se régénérer. Dans les régions dépourvues de ces souches, il y a généralement des graines d’arbres dans le sol qui ne demandent qu’à repousser. Morale de l’histoire : les freins au reboisement – point de départ du redémarrage de l’agriculture – sont essentiellement d’ordre social et politique. En 1983, Tony Rinaudo a promu son concept auprès de dix agriculteurs. Pendant la grave famine de 1984, près de 70 000 agriculteurs ont découvert la RNA dont ils ont géré la mise en œuvre sur environ 12 500 hectares au travers du programme « nourriture contre travail ». Depuis lors, pas moins de 5 millions d’hectares désertifiés ont ainsi été reverdis. Qui plus est, en rétablissant la végétation ligneuse des terres déboisées et dégradées, le reboisement permet de lutter contre la perte de fertilité et l’érosion des sols mais aussi contre la perte de la biodiversité, l’insécurité alimentaire et les dysfonctionnements des cycles hydrologiques (inondations et sécheresses).

Autre fois désertifiée, cette parcelle de terre est à présent cultivée.
©World Vision

Une technique peu coûteuse

Point fort de la technique de Tony Rinaudo, elle est peu coûteuse car elle ne nécessite ni matériel spécifique ni intrant. Tout d’abord, les agriculteurs choisissent les parcelles de terre qui vont le mieux se régénérer à partir des espèces locales existantes. Puis, ils sélectionnent quelques tiges qu’ils veulent faire pousser et coupent le reste qui sera utilisé pour le fourrage ou le paillage. Les tiges ainsi sélectionnées sont taillées à mi-hauteur du tronc et marquées afin de les protéger. Ce processus est répété tous les deux à six mois. Très simple, cette méthode ne revient qu’à 20 euros par hectare. Au Niger, certaines familles ont ainsi accru leurs revenus annuels de 1 000 euros par an. De plus, la RNA se combine facilement avec d’autres méthodes agricoles et s’étend rapidement grâce à l’apprentissage entre pairs parmi les agriculteurs. A cet égard, World Vision propose des formations avec des experts en RNA ainsi qu’avec des experts formés grâce à des cours en ligne. « Surtout, les fermiers retrouvent leur dignité, insiste Tony Rinaudo. Ils deviennent autonomes en nourriture, font des projets, optimisent leurs processus agricoles et envoient leurs enfants à l’école. » A présent, World Vision veut étendre la RNA à 100 pays dans le monde.

© Erick Haehnsen